CHIRURGIE DU NEZ

Au coeur d'Ocean Clinic - Journal d'une patiente

CHIRURGIE DU NEZ Journal d'une patiente Ocean Clinic Marbella Espagne

Je me suis faite opérée récemment à l'Ocean Clinic de Marbella et je tenais à vous donner un aperçu des lieux et à partager mon expérience vécue à travers une sorte de reportage que j’ai découpé en trois volets.

Il retracera tout mon expérience vécue, de mon premier rendez-vous pré-op jusqu’à mon rétablissement et la «grande révélation finale». J’ai subi consécutivement quatre procédures: une rhinoplastie, une blépharoplastie des paupières inférieures (poches sous les yeux), une liposuccion abdominale ainsi qu’une greffe de graisse au visage, tout çà à travers les mains expertes du Dr. Kaye, chirurgien en chef de la clinique, avec toute son équipe, en Janvier 2016.

Mon premier Rendez-Vous post-opératoire

C’était en fait, le moment que je redoutais le plus, simplement à cause de la prise de sang obligatoire. Je sais que cela semble ridicule par rapport à ce que je m’apprêtais à subir, mais la vue du sang m’est particulièrement insupportable et me coupe les jambes. J’ai eu tort de m’inquiéter, car Alexandra, l’infirmière, s’est montrée tout à fait à la hauteur. Quand je lui ai avoué mon aversion pour le sang, elle m’a fait m’allonger confortablement et très peu de temps après m’a dit «Çà y est, c’est fini». Tout a été fait sans même que je le remarque. Alexandra a également fait un test d’ECG pour vérifier l’état de mon cœur, ce qui consiste à placer des capteurs sur mon corps et enregistrer les données percues, ce qui ne fait absolument aucun mal.

Cette visite pré-op m’a également permis de rencontrer Dr Sonja Kästner, la jolie nouvelle interne de Ocean Clinic. Elle m’a aidé à répondre à tout un questionnaire de santé, qui comprenait des questions sur mes antécédents médicaux, taille et poids, les allergies éventuelles, les médicaments que je prenais, et mon état d’esprit psychologique (les raisons qui m’avaient amené à me décider à ces opérations). Puis on m’a donné à lire des informations écrites sur chaque procédure - cela m’a pris pas mal de temps ! Ces documents énoncent les traitements et leurs risques. C’était assez fastidieux à lire, surtout lorsque cela évoquait les complications possibles, mais le Dr Kästner m’a rassurée en m'affirmant que c'était très rare que les choses tournent mal, mais qu’il était très important d’être pleinement informé. La dernière chose que nous avions à faire était de prendre ces fameuses photos Avant/Après, pour que je puisse voir les résultats après chirurgie. Puis Vanessa gestionnaire de la clinique m’a donné les ordonnances de médicaments post-op, et m’a dit de revenir à 8h 45 le mercredi suivant, en me rappelant de ne pas manger ni boire après minuit la veille.

Cette visite pré-op s’étant parfaitement bien passée, je me suis sentie apaisée dans mes craintes quant à cette opération et maintenant j’étais surtout excitée à compter les jours!

Je craignais d'être trop nerveuse pour dormir la veille de mon opération, mais finalement rien de cela. J’avais eu l’opportunité de rencontrer auparavant plusieurs personnes qui avaient déjà été opérées par le Dr Kaye et vu les résultats obtenus, ma confiance en lui était au beau fixe, ce qui m’a permis de mieux me relaxer. La chose la plus désagréable de cette matinée a été de ne pas pouvoir boire ma tasse de thé du matin, celle qui me réveille et me prépare pour la journée.

Enfin me voilà partie sur la route à jeun pour cette fameuse journée. Dans ma valise: un pyjama ample à boutons sur le devant afin d’éviter de l’enfiler par le haut, une polaire moelleuse, une paire de chaussettes et des pantoufles, mon ordinateur portable chargé avec quelques films, un magazine, mon téléphone (sur lequel j’avais téléchargé un livre audio), une barre de chocolat et tous mes médicaments et compléments: la vitamine C, le zinc et une préparation de bromélaïne, avec également des comprimés d’acyclovir car je suis encline à l’herpès labial, qui peut être provoqué par un traumatisme facial.

Arrivée à la clinique, on m’a emmené dans l’ascenseur et montré ma chambre. Elle était spacieuse et très moderne - comme dans un hôtel 4 étoiles- avec salle d’eau particulière, TV écran plat et un grand canapé pour les visiteurs. Dehors il faisait beau et chaud, je me suis donc changée en enfilant une blouse spéciale pour l’opération, recouvert ma tête d’un filet à cheveux et enfilé les chaussons prévus pour l’occasion.

Prête pour l’opération

Peu de temps après les Dr Kaye et Kästner sont venus me voir et nous avons évoqués ensemble le but final de ce que je voulais obtenir. Avec un marqueur le Dr. Kaye a surligné en pointillé mon visage et mon estomac et m’a expliqué ce qui allait être fait. Il m’a demandé de sourire pour qu’il puisse repérer sur mon visage les zones manquant de volume, où il allait devoir transplanter une partie de la graisse prélevée de mon ventre - ce qui incluait mes lèvres et mes joues, mais également mes plis d’amertume autour de la bouche. Marina mon infirmière attitrée, m’a bien aidé à me détendre psycologiquement et m’a accompagné à l’étage inférieur jusqu’à la salle d’opération. Il y faisait frais et j’ai hésité à m’allonger sur la table, jusqu’à ce qu’on me rassure en m’affirmant qu’elle était chauffée. On m’a aussi recouvert d’une couverture, ce que j’ai trouvé très agréable et confortable.

Outre le test sanguin pré-opératoire, j’appréhendais aussi beaucoup la mise en place de la perfusion intraveineuse. Le Dr. Escudero, spécialiste anesthésiste de la clinique s’est montré vraiment charmant et a réussi à me distraire avec un bavardage agréable. «Dans moins d’une minute vous allez commencer à vous sentir un peu étourdie,» m’a t il dit. J’ai juste eu le temps de compter jusqu’à trois puis je suis partie! Ne manquez pas la deuxième partie pour savoir ce qui m’est arrivé à mon réveil!

En attendant, si vous envisagez un traitement, contactez Ocean Clinic pour réserver une consultation gratuite. Dans mon dernier blog j’ai décrit les préparatifs à ma série d’opérations comportant une rhinoplastie, une blépharoplastie, une liposuccion et une greffe de graisse dans les murs d’Ocean Clinic à Marbella. Maintenant, je vais vous faire partager la suite juste après la chirurgie ...

Juste Après

La première chose dont je me rappelle est d’avoir été réveillé par une infirmière et me retrouver dans un lit dans la salle de réveil. Je ne peux pas vraiment me rappeler de qui il s’agissait (encore trop flou à ce moment), mais elle m’a aidé à mettre une robe de chambre, puis m’a installé dans un fauteuil roulant. Elle m’a remonté dans ma chambre et m’a aidé à entrer dans mon lit avant de me connecter à un goutte à goutte. L’anesthésiste m’avait prévenu que je pourrais éventuellement ressentir quelques nausées et une impression de froid, mais je n’ai rien eu de tout çà. Je me sentais néanmoins épuisée avec une certaine pression des sinus sur mon visage - mon nez était dans une attelle et mes narines sous un bandage approprié.

Le matin après la chirurgie

Mon mari est arrivé peu de temps après et a grimacé à la vue de tous ces bandages, mais je l’ai tout de suite rassuré en lui affirmant que tout allait bien. Il a pris une photo pour rassurer aussi nos amis proches qui étaient également préoccupés par mon état. Marina m’a alors apporté une bonne tasse de thé sucré et une tasse de soupe crémeuse - , à boire avec une paille! Mes lèvres, qui avaient reçu un transfert de graisse, étaient très gonflées et un peu engourdies, j’ai donc eu quelques difficultés à utiliser la paille et je n’ai réussi à boire finalement que la moitié de mon bol de soupe, je me sentais trop fatiguée pour continuer. Je me souviens alors avoir eu juste le temps de dire à mon mari «Chéri, désolée mais je dois dormir maintenant,» compréhensif, il est sorti et m’a promis de revenir plus tard.

Marina m’a équipé d’un masque oculaire spécialement conçu pour refroidir mon visage, avec une circulation continue d’eau glacée pour minimiser les ecchymoses et l’enflure. Je l’ai porté durant mon sommeil, la tête relevée, appuyée sur des oreillers afin d’empêcher le sang de se précipiter dans ma tête. Plus tard, je me suis senti beaucoup mieux pour pouvoir me lever et faire quelques pas autour de ma chambre (en tenant mon goutte à goutte derrière moi). Bien sûr, je n’ai pu m’empêcher de jeter un coup d’œil dans le miroir! C’était bien mieux que ce à quoi je m’attendais. Je pouvais voir de minuscules points de suture sous mes paupières inférieures, mais les ecchymoses et enflures restaient très raisonnables.

Ma chambre

Je commençais à avoir faim et j’ai récupérer dans mon sac la barre chocolatée prévue pour la circonstance. Je devais faire une pause toutes les quelques bouchées pour reprendre ma respiration par la bouche parce que mon nez était toujours bouché, je suis parvenu néanmoins, si je puis dire, à finir cette barre après quoi je me suis senti très rapidement beaucoup mieux grâce à cet apport de sucre dans mon sang. Puis Marina est venue me remettre une carte menu pour le dîner. J’ai opté en entrée pour une ratatouille à l’œuf et un filet de porc accompagné de frites comme plat principal. Mon amie m’avait prévenue que la nourriture post-op d’Ocean Clinic était super et j’étais cependant préoccupé par la crainte d’être mesure de ne pas vraiment pouvoir en profiter, mais quand le plateau est arrivé, je me suis étonnée moi même en mangeant bien plus que ce je l’avais imaginé, c’était délicieux.

Juste après, je me sentais tellement bien que je me suis assise dans mon lit pour regarder un film et quand mon mari est venu me rejoindre, je me suis levé pour bavarder activement avec lui, jusqu’à ce qu’un appel de la baby-sitter de mon fils me prévienne qu’il était réveillé et réclamait sa maman. Il n’a que trois ans et demi, mais je l’avais quand même informé de mon passage à l’hôpital et prévenu de mes bandages et meurtrissures pour qu’il ne s’inquiète pas à mon retour à la maison. Ce qui m’a permis de mieux lui faire comprendre les choses c’est de lui avoir raconter le passage de notre chien chez le vétérinaire quelques jours plus tôt pour être castré, afin qu’il comprenne bien le concept d’un passage à l’hôpital. Il voulait savoir si j’étais d’accord pour le faire et je lui ai répondu que c’était bien sur de mon plein gré, mais mon mari est cependant parti plus tôt pour être avec lui. Mes prochains visiteurs étaient le Dr Kaye et le Dr Kästner. Ils étaient très heureux avec la façon dont mon opération s’était passée et le Dr Kaye m’a dit qu’il m’avait redonné un «joli nez tout mignon». Il m’a également informé qu’il avait retiré 250 ml de graisse de mon ventre pour en transférer 50 ml sur mon visage.

Puis Marina est revenue dans la chambre pour voir comment j’allais avec ma perfusion intraveineuse. Je la mettais au courant de mon ressenti sans remarquer qu’elle était entrain de me retirer un échantillon de sang pour contrôle. Lorsque j’ai apercu le sang dans le tube j’ai hurlé et nous avons toutes les deux sursautées en arrière sous le choc! Je commençais à me sentir faible et elle m’a dit de m’allonger, de me coucher sur le canapé et de relever mes jambes; peu de temps après c’était fini. Marina m’a encouragé à remettre mon masque de glace en marche. Je l’avais enlevé parce que je ne pouvais pas voir avec, mais je savais ce qu’il pouvait apporter au processus de guérison, je me suis donc allongée sur le canapet afin qu’elle le remette en place. Elle a réglé mon livre audio pour moi, complété les médicaments dans le goutte à goutte et est partie me chercher un comprimé pour dormir. Je trouvais plus confortable de dormir dans le canapé, plus facile pour coincer mes oreillers et je me suis ainsi vite assoupie. Je me suis réveillée un peu plus tard (environ 04h30) et je pouvais sentir quelque chose dégoulinant dans ma main. Il m’a fallu un moment pour réaliser qu’il y avait du sang provenant de ma perfusion et que je m’étais emmêlée avec le tube du masque de glace et le tube du goutte à goutte de telle sorte j’ai du me saisir de mon téléphone laissé près de moi pour appeler de l’aide.

Marina se précipita pour venir me secourir, m’a amené une nouvelle couette et épongé les dégâts. Heureusement, je n’ai pas paniqué à la vue du sang cette fois, sans doute à cause des calmants que j’avais pris. Je me suis rendormi à nouveau et le matin j’ai eu un délicieux petit déjeuner avec pain grillé/confiture et mon thé - je savais que tout ce sucre n'était pas bon pour ma nouvelle silhouette, mais il était nécessaire à ce moment. J’ai passé deux heures couchée avec mon masque de glace à l’écoute de mon livre audio - puis l’ennui m’a envahi! C’est à ce moment que le Dr. Kaye est venu me chercher et m’a libéré, à 10h30 je me suis habillée, fait mes bagages, prête à rentrer à la maison. J’ai remercié tout le monde d’avoir pris bien soin de moi et de m’avoir escorté dans cette épreuve, puis je suis sortie par la porte arrière afin de ne pas faire peur aux autres patients à la réception - Je dois encore faire face à quelques personnes dans la rue en attendant la venue de mon mari, et remonter dans la voiture, je pensais qu’il allait me falloir rapidement des lunettes noires. Je rentrais finalement à la maison et ma récupération allait commencer rapidement… Découvrez comment j’ai géré ma récupération à la maison dans le troisième volet - et ce que j’ai constaté au retrait des bandages! En attendant, si vous envisagez d’avoir un traitement à Ocean Clinic appelez nous pour réserver une consultation gratuite.